Menu de navigation

Maison d'écrivains (le Blog)

Que faire de cette violence ?

Mis en ligne par

Jérôme Ferrari en deux titres
Où j’ai laissé mon âme – Editions Actes Sud
Un dieu un animal – Editions Actes Sud

D’abord il faut citer Jérôme Ferrari : « si on était certain de ne jamais rencontrer aucun lecteur, il deviendrait impossible d’écrire.»

Jérôme Ferrari semble habité par la violence. La violence physique, morale, psychique. La violence sous toutes ses formes est indissociable de l’essence même de l’homme. C’est un thème central dans son œuvre.

Lire la suite

Duras évidemment sublime…

Mis en ligne par

Le marin de Gibraltar – Marguerite Duras
Editions Gallimard

… et non forcément sublime !

Le marin de Gibraltar est le quatrième roman écrit par Marguerite Duras. Moins autobiographique que les précédents, il contient tous les thèmes qu’elle ne cessera de développer au cours de sa vie d’écrivain. Univers de quête d’un amour, et de l’au-delà de l’amour auquel il est impossible d’arriver. L’histoire d’une femme qui cherche un homme, mais a-t-il seulement jamais existé ?

Lire la suite

Un récit bref, d’éternité…

Mis en ligne par

Pierre Michon en deux titres
Vies minuscules– Editions Gallimard
La grande Beune– Editions Verdier

Je suis tombée dans l’ivresse Pierre Michon car il s’agit bien d’une ivresse que de le lire. Les Vies Minuscules, dont l’auteur a pu déplorer qu’à leur parution en 1984 il ne s’en soit vendu que mille neuf cent  exemplaires, sont maintenant entrées au Panthéon de la Littérature aux côtés de Madame Bovary. Pareil pour Les Onze, un de ses textes plus récents.

Lire la suite

Bienvenue dans l’antichambre glacée du goulag…

Mis en ligne par

Les neiges bleues – Piotr Bednarski- Editions Autrement

Prends garde, lecteur, ce mince volume est addictif. Difficile de le lâcher, impossible de n’y pas revenir. Pour toujours trouver quelque pépite négligée, un personnage, une anecdote, une réflexion hors du commun, pris comme on l’était par l’histoire et l’Histoire, la noirceur, l’amour, la candeur, l’horreur, la peur, l’humour, plus quelques absolus parfaits, le mal, la beauté, la bonté aussi, la bonté qui débarque en dernière page, comme une réponse. A quoi ?

Lire la suite

Accepter des textes que je n’aurais jamais osé aborder sans elle…

Mis en ligne par

Sylvie Germain – Jours de colère – Editions Gallimard

Je suis devenu un inconditionnel de  Sylvie Germain en lisant Jours de colère. Le roman commençait par un exposé évoquant une alternative. Au moment où je m’inquiétais de sa longueur, un mot final : selon, terminant le paragraphe me laissa en plan, à décider tout seul de quel coté pencher. J’étais conquis.

Lire la suite