Menu de navigation

Maison d'écrivains (le Blog)

Météo Littéraire

Je me penche et je lace mes chaussures de marche. Je cherche, en tournant de diverses manières la clé de contact, comment faire démarrer une Smart noire. J'enclenche la bouilloire. On me soulève le fil électrifié d'un parc à moutons. Je ramasse une pierre au dessin bizarre. On m'apporte plusieurs parts d'un gâteau moelleux. Je fais basculer par la tranche Jeune fille de Anne Wiazemsky dans l'édition blanche de Gallimard pour l'extraire des rayonnages de la bibliothèque. Je chasse une mouche. Je tourne une idée dans ma tête. J'ouvre le dictionnaire Robert 1. Je fais se télescoper deux images. J'écrase entre le pouce et l'index une feuille de menthe qui sent le vert mais pas la menthe. On me montre un pied de menthe kabyle pour le thé. Je l'admire sans oser y toucher. Je guette des salamandres dans une grande flaque noire et je vois des lentilles d'eau. J'essaie de me remémorer la forme exacte des rochers qui forment comme des dalles et le parfum d'un jardin d'agrumes à Roquebrune-Cap Martin.

Célia Houdart en résidence au printemps dernier à la maison De Pure Fiction.

Les Rubriques

Un livre définitivement à partager.

Une littérature en toute subjectivité

Deux livres pour une oeuvre.

Rendez-vous avec un écrivain.

Ils répondent aux questions De Pure Fiction.

Territoire littéraire.

Marguerite Yourcenar

Marguerite Yourcenar

Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’oeil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été des livres

Federico Fellini

Federico Fellini

Il n’est pas nécessaire que les choses qu’on montre soient authentiques. Ce qui doit être authentique, c’est l’émotion

Jaume Cabré

Jaume Cabré

Plus que les choses, ce qui est important c'est l'espoir que l'on projette sur elles. C'est ce qui nous rend humains."

Jankélévitch

Jankélévitch

  On peut vivre sans art, sans musique et sans philosophie mais mal.
Charlotte Brontë

Charlotte Brontë

La préférence passionnée pour le merveilleux, l’étonnant et le sauvage, l’étrange, le stupéfiant et le déchirant

William Faulkner

William Faulkner

Le passé n’est jamais mort. Il n’est même pas passé.
Annie Ernaux

Annie Ernaux

La littérature n’est pas la vie, elle est ou devrait être l’éclaircissement de l’opacité de la vie.

Victor Hugo

Victor Hugo

L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement. l’homme qui médite vit dans l’obscurité. Nous n’avons que le choix du noir.

Paul Valéry

Un regard sur la mer est un regard sur le possible.
Henry James

Henry James

Isabelle avait une certaine hauteur d'imagination, qui lui rendait bien des services, et lui jouait aussi plus d'un tour. Elle passait le meilleur de son temps à rêver de beauté, de courage et magnanimité. Elle gardait l'espoir infaillible de ne jamais faillir.
Somerset Maugham

Somerset Maugham

Croire la jeunesse heureuse est l'illusion de ceux qui l'ont perdue.

Vaclav Havel

Vaclav Havel

Le seul combat perdu d’avance est celui auquel on renonce.

Erri De Luca

A travers les pages on voit dehors... L’enceinte des livres, petite comme le panier d’une montgolfière, ouvre sur tout.

Virginia Woolf

Virginia Woolf

L'autre côté de l'esprit nous apparaît maintenant - le côté obscur, qui se révèle dans la solitude, pas le côté clair qui se montre en société

George Eliot

Être poète, c’est avoir une âme dans laquelle le savoir se mue instantanément en sentiment, et où le sentiment renvoie des éclairs comme s’il était un nouvel organe de connaissance.

Jean Anouilh

Jean Anouilh

On n’est jamais seul. On est avec soi

Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe

Toute certitude est dans les rêves

Sénèque

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons ; c’est parce que nous n’osons qu’elles sont difficiles.
Octavio Paz

Octavio Paz

Contre le silence et le vacarme, j'invente la Parole, liberté qui s'invente elle-même et m'invente, chaque jour.

André Gide

André Gide

Il ne faut jamais retourner vers les lieux qui nous ont envoûtés.

Articles les plus récents

Gonflé d’une joie comme végétale…

Mis en ligne par

Célia Houdart – Le Patron – Editions POL

Comme c’est mystérieux l’écriture. On a beau le savoir, se l’être formulé des dizaines de fois, en entrant dans l’oeuvre de Célia Houdart, on redécouvre comme ce qui paraît le plus simple, le plus nu est fulgurant. Et de chaque page ou presque jaillit une émotion profonde.

Lire la suite

Son enfance qui aura été si peu tendre…

Mis en ligne par

Somerset Maugham – Servitude Humaine – Editions Julliard

Après avoir perdu son père un jeune garçon perd sa mère, il a un pied bot, c’est assez pour quitter tôt le rivage de l’insouciance, trop tôt. On va le suivre dans ce moment de la formation d’un individu, ce qu’il sera, ce qu’il en fera.

Lire la suite

Seul définitivement avec un carrosse de l’enfance…

Mis en ligne par

Jean-Paul Dubois – Une vie française – Editions de l’Olivier

Chaque auteur, secrètement ou pas, désire écrire son grand livre, et quand cela arrive, il le reconnait celui qui restera, qui contient tous les autres, la pierre angulaire de l’édifice, et son dôme tant qu’à faire. Avec Une vie française, Jean-Paul Dubois réussit son très grand livre.

Lire la suite

Tous ces êtres d’exception avalés par l’Histoire…

Mis en ligne par

L’odeur de la forêt
Hélène Gestern – Editions Arléa

Elisabeth Bathori, historienne de la photographie, se voit confier un fond d’archives photographiques par une inconnue, Alix de Chalendar. Ce fond regroupe les lettres et photographies d’un lieutenant mort en 1916 sur le front, Alban de Willecot.

Lire la suite

Une vie de cochons !

Mis en ligne par

Règne animal
Jean-Baptiste Del Amo – Editions Gallimard

L’histoire commence  en 1898 dans une ferme, on découvre une famille de paysans, le père, bientôt mourant, la mère  » la génitrice  » et leur fille Eléonore. Une vie de peu, presque miséreuse, l’agonie atroce du père, l’avarice et la méchanceté de la mère, saccagent l’enfance d’Eléonore.

Lire la suite
Page 1 sur 3712345102030Fin »