Menu de navigation

Maison d'écrivains (le Blog)

Météo Littéraire

D’abord l’écran et le ronronnement de l’ordinateur, ensuite le fond d’écran des feuillages et le bourdonnement des neurones livrés à eux-mêmes. D’abord l’écriture, puis la marche à travers bois où se mijote l’écriture du lendemain. La maison De Pure Fiction est idéale pour écrire, ses environs parfaits pour marcher. Beaucoup de sentiers, pas de plages. Heureusement. Je déteste marcher sur une surface qui s’étale comme une pâte sablée sous le rouleau, au gré des marées. Un terrain capable de changer le cadastre à volonté ça me gêne, ça manque du sens topographique le plus élémentaire, sans parler du disque rayé des vagues aggravé par le cri dégueulasse des mouettes. L’océan n’est pas arrivé jusqu’au Grès Bas, espérons que ça dure.

Joël Baqué en résidence d'écriture à la maison De Pure Fiction pour La fonte des glaces aux éditions POL

Les Rubriques

Un livre définitivement à partager.

Une littérature en toute subjectivité

Deux livres pour une oeuvre.

Rendez-vous avec un écrivain.

Ils répondent aux questions De Pure Fiction.

Territoire littéraire.

Vaclav Havel

Vaclav Havel

Le seul combat perdu d’avance est celui auquel on renonce.

W. Somerset Maugham

W. Somerset Maugham

S’abandonner au bonheur c’est peut-être accepter la défaite.

Virginia Woolf

Virginia Woolf

L'autre côté de l'esprit nous apparaît maintenant - le côté obscur, qui se révèle dans la solitude, pas le côté clair qui se montre en société

Victor Hugo

Victor Hugo

L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement. l’homme qui médite vit dans l’obscurité. Nous n’avons que le choix du noir.
William Faulkner

William Faulkner

Le passé n’est jamais mort. Il n’est même pas passé.
Pierre Assouline

Pierre Assouline

Un chef d’oeuvre, cette rareté en tout art qui nous explique ce qui nous arrive mieux que nous ne saurions le faire.

Somerset Maugham

Somerset Maugham

Croire la jeunesse heureuse est l'illusion de ceux qui l'ont perdue.

Varlam Chalamov

Ne crains rien, ne demande rien, ne crois rien.

Octavio Paz

Octavio Paz

Contre le silence et le vacarme, j'invente la Parole, liberté qui s'invente elle-même et m'invente, chaque jour.

André Gide

André Gide

Il ne faut jamais retourner vers les lieux qui nous ont envoûtés.

Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe

Toute certitude est dans les rêves

Henry James

Henry James

Isabelle avait une certaine hauteur d'imagination, qui lui rendait bien des services, et lui jouait aussi plus d'un tour. Elle passait le meilleur de son temps à rêver de beauté, de courage et magnanimité. Elle gardait l'espoir infaillible de ne jamais faillir.

Charles Juliet

Ecrire c’est inventer le vrai.

Jankélévitch

Jankélévitch

  On peut vivre sans art, sans musique et sans philosophie mais mal.
Federico Fellini

Federico Fellini

Il n’est pas nécessaire que les choses qu’on montre soient authentiques. Ce qui doit être authentique, c’est l’émotion

Jean Anouilh

Jean Anouilh

On n’est jamais seul. On est avec soi

Erri De Luca

Erri De Luca

A travers les pages on voit dehors... L’enceinte des livres, petite comme le panier d’une montgolfière, ouvre sur tout.

Italo Calvino

Italo Calvino

Un classique est un livre qui n’a jamais fini de dire ce qu’il a à dire.

Gustave Flaubert

Il faut s’habituer à ne voir dans les gens qui nous entourent que des livres.

Marguerite Yourcenar

Marguerite Yourcenar

Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’oeil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été des livres

Charlotte Brontë

Charlotte Brontë

La préférence passionnée pour le merveilleux, l’étonnant et le sauvage, l’étrange, le stupéfiant et le déchirant

Annie Ernaux

Annie Ernaux

La littérature n’est pas la vie, elle est ou devrait être l’éclaircissement de l’opacité de la vie.

Emile Zola

Vous me demandez ce que je viens faire en ce monde, moi artiste, je vous dirai, moi je viens vivre tout haut

Sénèque

Sénèque

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons ; c’est parce que nous n’osons qu’elles sont difficiles.
George Eliot

George Eliot

Être poète, c’est avoir une âme dans laquelle le savoir se mue instantanément en sentiment, et où le sentiment renvoie des éclairs comme s’il était un nouvel organe de connaissance.

Henry de Montherlant

Henry de Montherlant

Il n’y a que les romanciers qui se préoccupent de bannir l’invraisemblable de leurs livres. La vie n’a pas ces scrupules.

Jaume Cabré

Jaume Cabré

Plus que les choses, ce qui est important c'est l'espoir que l'on projette sur elles. C'est ce qui nous rend humains."

Paul Valéry

Paul Valéry

Un regard sur la mer est un regard sur le possible.

Articles les plus récents

Tout finit toujours dans l’absence et le silence absolu du monde…

Mis en ligne par

Femme à la mobylette
Jean-Luc Seigle – Editions Flammarion

Le roman démarre par ce que l’on pressent comme un possible drame. Reine caresse l’idée de tuer ses trois enfants au couteau tant la détresse qu’elle vit est grande et le départ de son mari insoutenable. Elle vit dans la misère, sans travail avec ses trois enfants encore jeunes.

Lire la suite

La danseuse de Degas…

Mis en ligne par

La petite danseuse de quatorze ans
Camille Laurens – Editions Stock

Camille Laurens s’empare de la vie de la jeune fille – toute jeune fille – Marie Geneviève Van Goethem, et de celle d’Edgar Degas, pour écrire un merveilleux essai/document/récit/ de ces deux vies entremêlées. Son livre fera le bonheur de tous ceux admirant la sculpture de Degas ayant pour modèle la jeune Marie, oeuvre d’art fameuse mais dont on savait si peu jusqu’à présent.

Lire la suite

Egérie, soutien et muse de nombreux peintres, compositeurs…

Mis en ligne par

Gabriële
Anne et Claire Berest – Editions Stock

Les arrière-petites-filles de Gabriële Picabia, née Buffet, retracent la vie de cette personnalité hors norme, née a la fin du XIXème siècle et qui traverse presque tout le XXème siècle. Très jeune, Gabriële, fille d’officier, démontre son indépendance et ses dons artistiques en se consacrant à l’étude de la musique.

Lire la suite

La vitesse des arbres immobiles… (suite 8)

Mis en ligne par

Shmuel T. Meyer
lors de sa résidence d’écriture ce printemps à la maison De Pure Fiction

J’ai failli oublier
Qu’au-dessus de ma tête il y avait le ciel le plus sauvage.
Je me suis réveillé.
Il devait être deux heures du matin.

Lire la suite

La vitesse des arbres immobiles… (suite 7)

Mis en ligne par

Shmuel T. Meyer
lors de sa résidence d’écriture ce printemps à la maison De Pure Fiction

Toutes les belles surprises me sont venues du ciel.

Lire la suite
Page 1 sur 4512345102030Fin »