Menu de navigation

Maison d'écrivains (le Blog)

Derrière les portes invisibles…

Mis en ligne par

Jacque Gélat en deux titres
La couleur inconnue – Editions José Corti
Le plaisir du diable – Editions José Corti

Quand j’ai demandé à Eric Faye quels étaient les écrivains contemporains qu’il aimait, il m’a parlé de quelques uns que je connais et de Jacques Gélat.
Forte de cette prescription, j’ai lu d’une traite Le Plaisir du Diable, Le Traducteur, Le Traducteur Amoureux. J’en aime l’écriture brillante, belle, ciselée, rythmée. Elle m’enchante.

Lire la suite

Une pépite venue d’Islande…

Mis en ligne par

La lettre à Helga – Bergsveinn Birgisson – éditions Zulma

Ce premier roman de l’Islandais Bergsveinn Birgisson, est une longue lettre d’amour d’un vieux paysan, éleveur de moutons, à la seule femme qu’il ait jamais aimé.
Au seuil de la mort, Bjarni retourne dans sa maison, pour y passer l’été, et contemple depuis sa chambre la ferme où habitait Helga, l’amour de sa vie.
Le passé revit en lui intensément, et lui inspire cette confession poignante et d’une absolue sincérité, réponse trop tardive à la lettre que lui envoya jadis la jeune femme pour le supplier de la rejoindre « en ville » à Reykjavik.

Lire la suite

Liés par une ancienne promesse…

Mis en ligne par

Liberté dans la montage – Marc Graciano – José Corti

C’est un vieil homme et une petite fille, ils marchent, ils partent d’on-ne-sait où, et ils se rendent au-delà de la montagne. Ils sont liés par une ancienne promesse : le vieil homme devait prendre soin de la petite fille s’il arrivait quelque chose à ses parents. Quelque chose de terrible est advenu, donc, et ces deux-là cheminent.

Lire la suite

On lit lentement puis on s’arrête…

Mis en ligne par

Le manifeste vagabond – Blanche de Richemont
Editions Plon

Blanche de Richemont livre un témoignage, un journal intime, un récit de voyage comme un bilan: « A trente-trois ans, je pose mes valises et m’interroge: cela fait des années que tu coures sur les routes après un sens ;  existe-t-il? » 

Lire la suite

Pourquoi ai-je tant aimé Où j’ai laissé mon âme ?

Mis en ligne par

Où j’ai laissé mon âme – Jérôme Ferrari – Actes Sud

D’abord pour son titre. Une sorte de love at first sight pour ce titre qui semble poser une question sans réponse, comme je les aime, mais qui, faisant l’économie du point d’interrogation, a la grâce particulière de sceller dans un soupir, presque un sanglot, ce qu’on pressent être l’histoire d’un échec monumental et définitif.

Lire la suite
Page 28 sur 31« Début10202627282930Fin »