Menu de navigation

Maison d'écrivains (le Blog)

Embrasser une fois sa chimère sur la bouche…

Mis en ligne par

Franck Deroche – Euphorie – Editions Gallimard

Découvrir un écrivain, pouvoir enchaîner ses livres à la suite alors qu’il en a déjà plusieurs à son actif, c’est suivre un chemin dont on ne sait où il va nous mener, s’il sera doux ou ardu, long ou trop bref, mais dont on pressent qu’il traversera quelques clairières trouées de lumière et que si l’on avance au bout du bout, on arrivera quelque part, et surtout ailleurs.

Lire la suite

Ailleurs où que l’on soit… en soi…

Mis en ligne par

Célia Houdart – Gil – Editions POL

Qu’il est bon de préférer ! C’est ce qui se passe avec Gil. On ouvre ce livre, on en tourne les pages le plus lentement pour qu’elles durent, et le livre une fois refermé, l’impression profonde produite par ce texte se prolonge, on n’a de cesse de l’offrir, le faire découvrir, le partager. Qu’en est-il de cette histoire ?

Lire la suite

Ce roman a un pouvoir…

Mis en ligne par

Franck Conroy – Corps et âme – Editions Gallimard

Comme il porte bien son titre celui-là, tant le lecteur une fois dedans lui appartient oui de toute son âme, et y plonge corps et bien ne lâchant plus un livre rare. Le destin de Claude Rawlings est pour tous ses lecteurs un mystère envoûtant. Car ce roman a un pouvoir, il y a un avant et un après sa lecture, et ce n’est pas exagéré de l’écrire.

Lire la suite

On n’a pas connu meilleur endroit pour écrire…

Mis en ligne par

Cécile Coulon
lors de sa résidence d’écriture à la maison De Pure Fiction

Il a fait chaud. Malgré la pluie, le vent, les bourrasques qui refroidissent les doigts, les joues et les orteils pendant les randonnées, pour un hiver, il a fait chaud. La table était sortie sur la terrasse, le transat aussi ; dans le bureau, le store relevé accueillait la lumière du matin au soir. Paysage splendide. Calme. 

Lire la suite

Une longue couverture d’arbres et de roches…

Mis en ligne par

Cécile Coulon
lors de sa résidence d’écriture à la maison De Pure Fiction

Le matin, il y avait ce moment où je n’étais pas capable de rester plus d’une heure à mon bureau pour travailler. Malgré la vue sublime, la soleil cognant gentiment contre la vitre et les oiseaux dans les arbres, mes jambes gigotaient sous la table. L’heure d’aller courir. Maintenant.

Lire la suite